Le blog d'Erwan et Angélique, récit de nos pérégrinations étape par étape

voyage de six mois à travers l'asie, récit de nos pérégrinations étape par étape

08 décembre 2008

Sur les routes du nord de l'Inde...

Comme prevu, l'Inde est deconcertante et ne peut nous laisser indifferents au premier abord. La pauvrete et l'insalubrite sont au premier rang, mais parallellement l'argent n'est pas tres loin. Tres vite, on comprend que ces opposes cohabitent. A l'echelon mondial, c'est avant tout une puissance emergente: si seulement 30% de la population appartient a la classe moyenne, sur 1 milliard d'individus, c'est l'equivalent de la population des Etats-Unis.
1ere etape indienne, Varanasi, anciennement Benares, ville sainte depuis plus de 3000 ans et donc fortement chargee d'histoire. Le Gange, fleuve sacre, y detient pourtant un triste record mondial: 1.5 millions de bacteries d'origine fecale pour 100 ml!!! Ses berges sont amenagees en de nombreux ghats, ces longs escaliers donnant acces au fleuve, chacun etant dedie a une activite: bain purificateur, mariage, cremation, etc... De nombreux sadous (pour faire court, pretre hindou) vivent ici. C'est aussi le domaine des babas cools europeens plus ou moins attires par l'atmosphere mystique qui y regne... Les Ghats hebergent quantite d'animaux. On ne compte plus les vaches sacrees, les chevres a chemise, les chiens, les singes et bien d'autres. C'est la version "animaux malades" de 30 millions d'amis vu l'etat de certaines vaches et le nombre de teignes que comptent au metre carre chaque chien! Pour conclure, c'est indiscutablement une ville a voir mais dont on gardera un sentiment d'oppression tant la densite humaine est importante et les relations tendues. Il faut dire que le contraste est saisissant par rapport a la gentillesse et l'accueil chaleureux des Nepalais. Allez, on vous raconte une petite anecdote pour l'illustrer. Alors que par malheur, Erwan rangeait son appareil photo dans sa sacoche a proximite de Manikarnika ghat, le ghat des cremations, 2, 3, 4, 5, puis 6 individus, semblant persuades qu'il ait pu prendre une photo de ces scenes spirituelles, nous tombent dessus, ou plutot nous agressent... En fait, ils veulent juste nous extorquer 300 roupies (5 euros). Alors que l'altercation devient de plus en plus violente, et qu'Erwan ne compte pas ceder, nous prenons la direction de l'hotel. Bien evidemment, ils nous suivent et nous lancent: "Vous allez avoir un mauvais karma".. ca, au moins, ca nous fait rire!

DSC_0131

Puis nous reprenons la route, direction Khajuraho. La premiere partie du voyage ne peut se faire qu'en train, direction Satna. Le train, symbole emblematique de l'Inde du Nord. Un mythe, tres arithmetique en fait, puisque sans etre caricatural, tout y est une question de chiffre: 30 minutes avant de trouver le bon wagon, il faut dire que la longueur du train avoisinne le kilometre, 30 km/h ou plutot theoriquement 8h pour faire 300 km, et 1 heure de retard au grand minimum!
Puis, pour rejoindre Khajuraho, nous nous laissons entrainer par un taxi qui rentre a vide, bien que le prix ne soit pas le meme que le bus. Le chauffeur est surexcite et prend sa twingo (comprendre vehicule tata de petite taille) pour un hybride a mi-chemin entre un 4*4 et une porsche! Mais bon, nous voila a destination. Le lendemain, a l'aube, on visite les temples, heritage de la dynastie des Chandela, surtout reputes pour leurs sculptures erotiques inspirees du Kama Sutra. Ebahis, on y decouvre en fait de magnifiques exemples d'architecture et de sculpture, datant d'il y a plus de 1000 ans. On y a surtout vu des scenes de la vie quotidienne, ou se melangent la guerre, la musique, les animaux et parmi elles des scenes erotiques, nombreuses il faut le reconnaitre. Le travail est majestueux, chapeau les artistes!

khajuraho

On file vers Agra, 12 heures de bus avec pour seul repas, gateaux secs et bananes. Quel calvaire!
Le lendemain, au petit matin, les portes de la perle d'Agra s'offrent a nous. Et quel spectacle! Majestueeux, splendide... aucun superlatif ne parait suffisamment fort. Un mausolee sculpte dans le marbre blanc, orne de pierres semi-precieuses et d'arabesques tirees du Coran, qui semble nous transporter tout droit dans un conte des mille et une nuits. Le conte est pourtant triste. Le coeur brise par la mort de sa bien-aimee, l'empereur moghol Shah Jahan fit erige ce chef d'oeuvre hors-norme au 17eme siecle pour y accueillire le corps de la defunte. 22 ans de construction, plus de 20000 artisans, une architecture quasi-parfaite: l'extravagance fait des merveilles!

DSC_0367

C'est ces images plein les yeux que nous prendrons demain la route du Rajasthan.

Posté par erwan angelique à 13:32 - Inde - Permalien [#]