Le blog d'Erwan et Angélique, récit de nos pérégrinations étape par étape

voyage de six mois à travers l'asie, récit de nos pérégrinations étape par étape

14 janvier 2009

Vers le sud.

Apres deux semaines sur la plage, rien de tel qu'un peu de culture pour se remettre en forme. Nous reprenons le chemin de la gare routiere avec pour objectif les ruines d'Hampi. Le site est magnifique; imaginez de gros blocs de granit rose poses les uns sur les autres, entre lesquels serpente une riviere, rajoutez-y quelques bananeraies et cocoteraies et bien sur des dizaines et des dizaines de temples et vous obtenez Hampi; un site archeologique immense, capitale des rois hindous Vijayanagar aux 15 et 16emes siecles dont l'essor fut stoppe par les raids musulmans en 1565. Des temples, encore une fois tres beaux, mais dont on n'approfondira pas le contexte, tant l'hindouisme est complexe vu de loin et depasse nos capacites synaptiques... Cette etape nous aura egalement permis de rencontrer Abel et Caroline, et c'etait plutot sympa de faire un tout petit bout de chemin ensemble!

Hampi__vue_de_la_riviere

Parce qu'il fallait faire une halte sur la route du Kerala, un bus local, 300 km et 14 heures de trajet, nous depose a Mysore. Meme si nos sacrums n'ont pas manque de nous rappeler la longueur et la lenteur du trajet, c'est aussi un moyen d'apprecier la vie quotidienne locale.. Mysore, quant-a-elle, a une reputation plutot antipathique aupres des touristes mais n'en possede pas moins quelques atouts interessants. Le plus connu est sans doute le palais du Maharaja, qui par sa demesure en fait un des plus extravagants d'Inde. Le melange des styles indo-aryen, moghol et occidental nous a paru un peu trop rococco mais il n'en reste pas moins delirant! De cette ville, on gardera surtout le souvenir de son marche, le Devaraja Market, qui une fois n'est pas coutume en Inde est relativement facile d'acces puisque situe en plein centre. Quel plaisir de flaner dans ses allees, de passer aux fils de ses envies d'un etal de fleurs coupees vendues au kilo a celui d'un maraicher, de se faire alpaguer par un vendeur de 'kumkum' gesticulant devant ses monticules colores, ou encore de s'arreter quelques instants devant une echoppe d'ou s'echappe une multitude d'odeurs epicees. Bonne entree en matiere avant d'aborder la cote de Malabar et ses comptoirs d'epices!

Mysore__Devaraja_market

Une nuit de bus plus tard et nous voila a Cochin, qui se divise desormais en quatre quartiers dont Fort-Cochin, le quartier historique ou debarqua Vasco De Gama en 1497 apres une escale a Calicut. La ville fut rendue celebre par les portugais qui en firent un de leurs comptoirs. Chaque annee, et ceci pendant plus de 400 ans, un convoi de navires mettait le cap sur Lisbonne, via Bonne Esperance, les cales chargees d'epices: poivre noir du Kerala, gingembre de Calicut, muscade et clous de girofle des Moluques, cannelle de Ceylan... On trouve encore aujourd'hui a Fort-Cochin le long de Calvathy road de nombreux grossistes en epices, leurs entrepots donnant d'une part sur les quais,de l'autre sur la rue. C'est qu'il ne faut pas oublier que Cochin est avant tout un grand port de commerce, ou sont amarres des cargos dont les immatriculations font rever: Hong-Kong, Manille, Djakarta, et on en passe... On les imagine volontiers repartir a la nuit tombee vers des destinations connues d'eux seuls, leurs ventres gonfles de caisses de the ou de ballots de riz. La realite est plus triviale, les porte-containers geants ayant remplace depuis fort longtemps les clippers anglais! Pour notre bref sejour, on choisit donc le quartier historique, Fort-Cochin dont il reste a ce jour quelques maisons temoignant de la richesse des negociants d'antan. Quartier paisible, qui a su s'adapter au tourisme, il nous offre une etape culinaire assez deconcertante. On nous avait prevenu, mais on doit reconnaitre que nos papilles ont ete conquises, a la hauteur de tout ce que l'Inde semble posseder comme atout. On decouvre enfin des epices et des thes a la hauteur de leur renommee; c'est paradoxal, mais en Inde, grand exportateur mondial de the, on ne trouve que du the en sachet! On aime aussi l'accent mis ici sur les librairies et la culture en general. Le taux de scolarisation est proche de 100%, un record en Inde et ca se ressent. On gardera en memoire quelques scenes insolites: le tournage d'un film de Bollywood (memorable!), et la manifestation contre Israel qui nous renvoie a l'actualite mondiale. On oubliait le quartier juif, sa synagogue, que nous ne pourrons visiter (le vendredi, c'est Shabbat), et ses nombreux antiquaires. Enfin, sur la jetee, alors qu'a quelques metres les cargos du monde entier s'enfoncent dans la rade, les pecheurs a la ligne, du haut de leurs barques, ramenent les poissons du jour aux mareyeurs. Thons, poulpes, Kingfishs, daurades coryphenes, barracudas, etc... sont vendus au plus offrant, peses puis transportes en camion frigorifique. L'affaire semble juteuse si l'on en juge par le nombre de billets qui transitent de main en main et la jovialite des negociants en fin de criee. On se croirait en plein coeur d'un reportage de Thalassa... Georges Pernoud, si tu nous lis (!), bon vent en mer d'Oman!

Fort_Cochin__Pecheurs 

 

Posté par erwan angelique à 10:42 - Inde - Permalien [#]